Bougies parfumées

Les bougies parfumées sont idéales pour personnaliser et décorer votre intérieur : Il existe des bougies parfumées, des bougies mèches à bois ou des mini bougies…..Grâce à leur parfum, ces bougies transformeront l’ambiance de la maison. Les bougies parfumées et décoratives se déclinent en une large palette de différents parfums. Nous vous invitons à visiter le site https://www.zib-line.fr !

Sortes de bougies

-Bougie parfumée au fleur de monoï : Cette bougie parfumera votre intérieur en créant une atmosphère exotique. Les composants sont sélectionnés pour obtenir la meilleure qualité de brûle et de diffusion du parfum. Son parfum est l’ensemble de fleurs blanches, de vanille et de noix de coco.

-La bougie au caramel est composée d’un parfum vanillé, chocolaté et de confiture de lait.

-Celle au cocktail de fruits, donne un parfum réunissant fruits rouges du cassis avec de l’ananas.

-La bougie au lait de figue est un mélange de ses feuilles et sa sève lactée pour un accord gourmand.

-Le parfum de la bougie pamplemousse rose est accompagné d’une odeur fruité et acidulé à travers ces notes de pamplemousse, posé sur un accord de thé au jasmin et de citron vert.

-La délicatesse du camélia blanc s’associe aux notes fleuries, poudrées.

Son origine :

Pendant des siècles, le jonc a été utilisé pour faire des chandelles. Pour ne pas en abîmer la moelle, il était trempé dans la graisse animale ou végétale qu’on laissait durcir. On le faisait brûler dans des brûles joncs. En Occident au Moyen âge la chandelle est en concurrence avec la lampe à huile. Il faut la remplir, la couper et remonter la mèche puis nettoyer l’huile qui coule. La chandelle est constituée d’une mèche entourée de bœuf de suif ou de mouton est plus pratique sans être chère (est taxée et l’huile reste plus économique). Moins de liquide se renverse, de flamme à ajuster et de réservoir à remplir. Le suif coule et graisse les doigts, la flamme demeure jaune et fumeuse, il faut donc  entretenir la mèche qui finit par charbonner.

En 1783, le chimiste Carl Scheele fait bouillir de l’huile d’olive avec de l’oxyde de plomb et obtient une substance de la glycérine (goût sucrée). En 1820, le chimiste Michel Eugène Chevreul découvre comment isoler et extraire l’acide des matières grasses. C’est l’invention de la bougie stéarique (notre bougie actuelle) qui remplacera la chandelle de suif.

Vers la moitié du XIXe, l’industrie chimique sépare les éléments composant les hydrocarbures donnant naissance à la paraffine (substance blanche utilisée dans la fabrication des bougies). Désormais Nantes devient la capitale de la bougie avec 80 % de la production française qui provient de cette ville.

 

Auteur de l’article : 22ZE8ugw

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *